Nos 5 engagements

 

Nos 5 engagements pour la circonscription de Vannes-Muzillac

  1. Permettre la présence de l’ école publique et laïque dans toutes les communes.
  2. Maintenir ou rouvrir les services publics de proximité dans tous les territoires.
  3. Refuser la privatisation de l’eau et exiger le retour en régie publique, en particulier dans la presqu’ile de Rhuys.
  4. Redonner les moyens aux organismes de logements sociaux de remplir leurs missions.
  5. S’opposer au bétonnage qui sacrifie les terres agricoles et l’environnement comme le projet de l’aéroport Notre Dame des Landes.

 

 

Enfin !

Enfin ! Enfin, Nicolas Sarkozy a été chassé du pouvoir.

Ce soir, il restera tout de même une page honteuse dans l’histoire de la 5ème république car Nicolas Sarkozy est celui qui a soumis notre pays à un traitement de choc libéral, celui qui a maltraité tout au long de son quinquennat les fondements même du vivre ensemble dans notre pays et piétiné les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

Le verdict du peuple est sans appel. Le peuple dont les manifestations ont été méprisées par cette droite arrogante. Le peuple qu’on a travaillé à diviser avec acharnement en instillant le poison du racisme dans une campagne de second tour digne de l’extrême-droite. Ce peuple a refusé de voir se perpétuer une politique indigne.

Le Front de Gauche, en tant que deuxième force politique à gauche et fort du résultat de son candidat Jean-Luc Mélenchon au premier tour, a pleinement participé à la défaite de la droite. Maintenant, il s’agit de reconstruire et d’apporter les réponses à la crise. A gauche, qu’allons nous faire de cette victoire ?

A cette question, il faudra répondre dès les premiers jours de juin lors des élections législatives. Le peuple et les salariés de notre pays qui ont chassé la droite ne se retrouveront pas dans une politique qui mettrait à l’ordre du jour la rigueur et provoquerait une nouvelle et désastreuse déception dans le monde du travail. Nous voulons au contraire réunir les conditions d’une majorité de gauche qui en finisse avec les politique libérale et change réellement nos vies !

Pour cela, il faudra élire à l’Assemblée nationale, un grand nombre de députés du Front de Gauche. Des femmes et des hommes qui soutiendront les mesures favorables aux intérêts du peuple, qui s’opposeront chaque fois que nécessaire à celles qui iraient à l’encontre de ceux-ci. Ils et elles travailleront à réunir à gauche et dans le mouvement social les rassemblements majoritaires permettant de résister aux attaques du patronat et des marchés financiers et d’obtenir de grandes avancées sociales et démocratiques. Pour parvenir à ces objectifs, les mobilisations populaires sont indispensables. Tant il est vrai que la clé du changement c’est le peuple et sa capacité à imposer sa volonté.

Tout cela nous aurons à le faire demain. Ce soir, savourons la victoire.

 

Dimanche 6 mai,

Annick Monot

5 exigences immédiates pour l’égalité et la justice

Des revenus dignes Porter le SMIC à 1 700 euros bruts, imposer le salaire maximum dans le privé et le public et l’égalité salariale entre hommes et femmes, garantir le droit à la retraite à 60 ans à taux plein pour toutes et tous, créer une allocation qui permette aux jeunes d’être autonomes.

Un emploi pour chacun Rétablir les 35 heures pour répartir le travail entre tous, titulariser les 800 000 précaires de la Fonction Publique et imposer dans les entreprises le CDI comme norme, créer une Sécurité Sociale Professionnelle qui permette d’en finir avec la peur du chômage. Interdire les licenciements boursiers. Engager une grande politique industrielle dans le cadre d’une planification écologique.

Un toit c’est un droit Lancer un plan de construction de 200 000 logements publics sociaux par an pendant cinq ans, réquisitionner les logements vides, baisser les loyers et les encadrer pour limiter à 20 % la part du logement dans le budget des familles, imposer 25 % de logements sociaux dans chaque commune.

La santé, c’est vital Rembourser intégralement à 100 % les dépenses de santé, dont les frais dentaires et les lunettes, garantir la gratuité et l’accès à l’IVG, stopper les fermetures d’hôpitaux, de maternités, de centres de soin et d’IVG, créer un pôle public du médicament pour libérer la recherche de la course au profit.

L’éducation Stopper les suppressions de postes et engager un plan de recrutement dans l’éducation nationale, créer un grand service public de la petite enfance, abroger les lois portant atteinte à l’Éducation nationale et rétablir le service public de la maternelle à l’université.

 

 

 

Le Front de Gauche ne lâchera rien !

COMMUNIQUE DE PRESSE

« Le Front de Gauche ne lâchera rien ! »

Le Front de Gauche remercie toutes celles et ceux qui, dans le Pays de Vannes, ont porté leurs suffrages sur notre candidat : J. L. MELENCHON.

Notre rassemblement, encore « tout neuf » a recueilli plus de 10 % dans le Morbihan, et plus de 16 % dans certaines communes du département, battant souvent le Front National. Il a ainsi plus que quadruplé le score de la gauche non-socialiste depuis les élections présidentielles de 2007. Ce résultat est le meilleur depuis 30 ans à la Gauche du Parti Socialiste ! Ce score historique est porteur d’espoir et de changement.

Notre mouvement s’inscrit donc bien dans la durée et les luttes continuent, sur le terrain et dans les urnes. Nous combattrons de toutes nos forces l’extrême droite de Marine Le Pen qui, sous un masque trompeur, a berné nombre d’électeurs. Nous appelons donc tous nos militant(e)s et sympathisant(e)s à faire barrage à la droite au 2ème tour des présidentielles. Aucune voix ne doit manquer pour dégager Sarkozy en votant François HOLLANDE.

Dans un deuxième temps, nous les appelons à soutenir les listes présentées par le Front de Gauche aux législatives et, en particulier, pour la 1ère circonscription du Morbihan à voter pour les candidates qui nous présentons : Annick MONOT – titulaire – Jackie TROVEL – suppléante.

Notre programme « l’humain d’abord » est chaque jour plus incontournable alors que nos concitoyens vont être exposés à de nouvelles attaques de l’austérité pour satisfaire l’appétit des financiers et la dilapidation de notre patrimoine écologique. Avec eux, le Front de Gauche et ses candidat(e)s monteront la garde dans les rangs serrés des exigences populaires.

Retrouvons-nous à Vannes, devant l’Hôtel de Ville à 10 h 30 pour la manifestation du 1er mai.

Vannes le 24 avril 2012

 

 

 

Notre-Dame-des-Landes

Pour exiger l’abandon d’un projet d’un autre siècle, inutile et destructeur, symbole du capitalisme et du productivisme. Ni Ici, Ni Ailleurs

Annick MONOT (Gauche Unitaire) candidate du Front de Gauche dans la 1ère circonscription du Morbihan (Vannes) apporte son soutien total à la manifestation du 5 mars à Nantes pour l’abandon total du projet

Depuis quarante ans, la population locale, soutenue par de nombreuses associations, syndicats, partis, élu-es, s’oppose à la construction d’un nouvel aéroport international, à Notre-Dame-des-Landes (30 kms au nord de Nantes), incluant deux pistes, destiné à accueillir 9 millions de passagers en 2050, contre moins de 3 millions pour l’actuel aéroport nantais. Le financement public de ce projet s’élèverait à 246 millions d’euros au minimum, ce coût étant manifestement sous-évalué, puisque les collectivités territoriales devront également financer des liaisons routières et ferroviaires, véritables gouffres pour les deniers publics.
Dans un total déni de démocratie, à grand coups de communication méprisante, les promoteurs de ce projet pharaonique, élus du grand Ouest, PS et UMP (Jean-Marc Ayrault en tête) entendent imposer la construction de cet aéroport entièrement privé, concédé pour 55 ans au groupe Vinci spécialiste de la « collaboration » avec les pouvoirs publics.
Les principaux arguments mis en avant, saturation de l’actuel aéroport, développement de l’économie locale, création d’emplois, sécurité de l’agglomération nantaise, s’avèrent largement infondés. Et dans le contexte actuel de crise sociale et écologique, de raréfaction des ressources notamment pétrolières, choisir de promouvoir le développement aérien est profondément irresponsable et indécent.
Le projet est scandaleux d’un point de vue écologique, aberrant sur le plan financier, et socialement à contre courant des besoins de la population.. Plus de 2 000 ha de terres cultivables, 50 exploitations agricoles seront détruites au profit d’un bétonnage outrancier. Les fonds publics seront détournés au bénéfice de Vinci et de ses actionnaires, qui percevront plus de 2 milliards d’euros de dividendes sur le temps de la concession grâce à l’argent public. La construction de cette infrastructure fragilisera l’emploi : destruction d’emplois agricoles, suppression de postes dans les autres aéroports de la région, délocalisation de 2 000 emplois à Airbus, création d’emplois essentiellement précaires, sous payés, voir socialement inutiles…
Au travers de cette lutte, deux conceptions de société s’affrontent. Les édiles du PS et de l’UMP inscrivent leur choix politique dans le cadre de la concurrence entre les territoires à l’échelle européenne ; les régions se transforment en vitrine du système capitaliste globalisé. Ils font également, dans le contexte actuel, le pari de l’accroissement de la mondialisation des échanges et de la délocalisation des productions.
La majorité des organisations, associatives, politiques, syndicales, mobilisées contre ce projet, au contraire, se battent pour que les décisions politiques soient prises, après débats démocratiques, pour la satisfaction des besoins sociaux et la réorientation des investissements publics vers des projets écologiquement soutenables. L’urgence sociale et écologique nécessite d’autres modes de production, de consommation, de transport. Faisons en sorte que les thématiques soulevées par cette lutte : énergie, emploi, environnement, démocratie, développement, soient au cœur des débats des campagnes électorales en cours : et qu’elles pèsent en faveur des forces politiques qui s’opposent au projet.
Le rassemblement du 25 mars prochain sera un nouveau temps fort pour la convergence des luttes et permettra d’affirmer que d’autres choix sont possibles, que des alternatives existent.
Il est urgent de les construire !!!

Annick Monot (Gauche Unitaire), candidate du Front de Gauche dans la 1ère circonscription du Morbihan